Colors Of WildLife  
Colors Of WildLife
Le forum des grands espaces sauvages africains

 
13 Août 2020 à 07:26:32 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Découvrez la galerie critique photo
 
  Accueil FORUM Aide Galeries photos Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] 2 3 ... 8   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Ah l'Afrique! Namibie et Botswana en famille.  (Lu 35920 fois)
bobcat
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 203



WWW
« le: 04 Février 2009 à 21:56:09 »

Ah, l’Afrique!

Ce carnet a déjà été publié sur un autre forum, certains l'auront peut-être déjà parcouru!  Mais il me semblait qu'il pouvait avoir sa place dans ce forum dédié à l'Afrique et  donc après en avoir demandé l'autorisation , je me permets de vous le faire partager ici!

« Cette année, nous irons en Namibie ! » a déclaré notre cheftaine baroudeuse. « J’ai fait tourner le globe le doigt pointé dessus, comme à la télé et cela s’est arrêté sur ce pays. On n’y peut plus rien ! »
- On n’a pas gagné au loto pourtant !
Certes, chacun sait dans la maisonnée que l’axe du globe est grippé et que Bobcat (que d'autres connaissent également sous le pseudo de Grisemote) a choisi son voyage en lisant à longueur de journées
des carnets de voyage.
Mais l’Afrique est bonne hôtesse, la Namibie est politiquement stable, loin d’être surpeuplée (ce qui crée souvent des tensions), d’un point de vue sanitaire à la portée d’une famille avec de jeunes enfants (pas de palu l’hiver par exemple) et tellement attrayante qu’Angelina Jolie est venu y accueillir son dernier né, c’est dire si le pays mérite le détour.
Les ignorants chroniques que nous étions ont osé poser quand même la question à 2 euros « La Namibie ? c’est où ? »


Rédacteur en chef: Gilles
Illustrations : Sylvie



La carte de Namibie et le parcours …..



Voyage du 6 juillet au 5 août : 6850 kilomètres sous la tente.

Les héros du voyage :

- Sylvie dite Bobcat: celle qui connait tout sur tout concernant le voyage (donc, à ne pas la perdre en route, c’est vital) . Organisatrice de bout en bout du voyage, mise en page du carnet.
Expression préférée : « Allez, on y va ! »

- Thibaud dit « Thib »  : celui qui se laisse porter où le 4x4 l’amène. Expression préférée : « Bof » (ne cherchez pas le verbe, tout est compris dans la monosyllabe)

- Lucas dit « L’encyclopédie » : il connait et reconnaît tout ce qui bouge sur le territoire.
Expression préférée : « Tiens, mais qu’est ce que c’est que ça ?»

- Robin dit « mon lapin » : celui qui butine sur tous les sujets.
Expression favorite : « Mais où est donc mon zèbre ?! » (peluche adoptée lors du voyage)

- Gilles dit « P’pa », rédacteur et conducteur :
Expression préférée : « et si on s’en grillait une ? (une photo bien sûr) »


Windhoek : premières foulées Namibiennes

En posant nos pieds sur le sol Namibien, après de longs mois de préparation puis d’attente, nous avons vite compris que nous ne nous étions pas trompés sur le choix de notre destination. Le dépaysement est immédiat. L’air est sec, le ciel définitivement bleu, la terre poussiéreuse et peuplée d’un tas de bestioles en liberté, le chauffeur de notre loueur de voiture (« camping car hire ») qui nous attend à l’aéroport parle anglais, il est résolument noir comme prévu et conduit à gauche prudemment. Peut être n’était-il pas encore habitué ? En tout cas nous non plus.

Le véhicule qui servira à notre périple d’un mois est sagement garé dans une rue de Windhoek, prêt à en découdre, propre comme un sou neuf. L’accueil du loueur est sympathique et très organisé. Tout cela semble trop facile et contraste avec nos premières aventures :

- le taxi allant à l’aéroport Charles de Gaulle a manqué de percuter un autre véhicule (ah ces portables ! ), il nous a déposé ,à notre demande, au terminal II alors que c’était au Terminal I (Chariots, ascenseurs, bus, marche à pied, escaliers, tapis roulants avec 100 kilos de bagages et 15 de fournitures scolaires à distribuer dans les écoles locales, réparties dans les différents sacs à dos des enfants, les nôtres étant déjà complets).
- Le vol de nuit fut un classique du genre : après le film, chacun se tortille toutes les 10 min pour trouver la position idéale pour dormir (elle n’existe peut être pas après tout ! Mais non, je plaisante, il faut poursuivre les recherches …).
- Arrivés en terre Africaine à l’aéroport de Johannesburg, après un atterrissage de nuit dans un brouillard épais qui transformait les lumières du sol en halos fantomatiques, nous avons eu nos premières sueurs froides.
Comme tous les passagers pour la Namibie, nous avons parcouru l’aéroport plusieurs fois dans le sens de la longueur avec armes et bagages parce que la porte d’embarquement indiquée au panneau d’affichage et celle indiquée par les hôtesses d’embarquement étaient différentes (elles nous dirigeaient vers une porte qui n’existait pas !).

Avant de prendre place dans votre véhicule, une personne nous explique consciencieusement toutes les subtilités du 4X4, ce qui n’est pas du luxe pour les conducteurs de Berlingo 2X2 que nous sommes. Le 4X4 Nissan off road s’avérera être un véhicule puissant parfaitement adapté à la situation et qui ne faillira jamais. Les 2 tentes sur le toit semblent assez simples à monter, plutôt spacieuses bien que pour les 3 enfants cela fut peut-être un peu juste. Heureusement, les nuits sont fraiches.

 

Le fonctionnement des positions 2 roues et 4 roues motrices ainsi que de la démultiplication du 4X4 sont simples à comprendre. Dans l’habitacle, on regrettera cependant le manque de rangement de toutes les petites choses qui font le quotidien. Côté coffre, bien qu’il soit vaste, il fut largement tronqué par la 2ème (et à mon avis indispensable) roue de secours, le bidon d’essence et le bidon d’eau (qui ne nous fut pas vraiment utile). Le matériel de camping loué avec la voiture est largement suffisant et bien adapté (en majorité neuf). Un petit regret : la pompe électrique pour les pneus. Pratique mais super long pour gonfler un pneu. Le fil allume cigare de la prise du coffre arrière n’était pas assez long pour gonfler un des pneus avants : résultat, il fallait gonfler à partir de l’allume cigare avant qui lui disjonctait dès que la pompe était chaude ! Et comment fait-on ensuite pour gonfler le pneu ? à la bouche ?
A noter le petit frigo, le compagnon presque indispensable si on veut être un peu autonome sans ravitailler tout le temps.
Bref, après un combat acharné où nous sommes sortis vainqueurs mais dubitatifs (comme le loueur d’ailleurs), tout le matos est rentré, en tassant bien, en forçant sur la partie haute du coffre pour fermer (gare d’ailleurs, en tension elle a tendance à s’ouvrir) et en laissant sur le trottoir les plaques de désensablement que l’on nous prêtait mais qui ne rentraient pas.
Les dernières recommandations :
- ne pas conduire de nuit
- respecter les limitations de vitesse car les pistes sont parfois dangereuses
- ne pas (ou à nos risques et périls) emprunter certains secteurs
Facile, facile et refacile pensons-nous en notre for intérieur. Qui vivra verra…

Le premier carrefour fut le plus dur. « Bon sang d’Anglais, mais pourquoi diantre ne font -ils jamais comme tout le monde ? » Le gabarit imposant du véhicule plus la conduite à gauche ont permis un début participatif de l’ensemble de l’équipage. Submergé de messages de tous ordres, le conducteur, que je connais bien, a tenté de rassurer tout le monde sur sa maîtrise de la situation en sifflotant avec détachement. Il faut admettre que cela demande un peu de concentration même si la conduite pépère et tolérante des locaux met à l’aise presque de suite.

Le Chameleon hôtel fut trouvé par chance rapidement. Repère de baroudeurs en partance plein de doutes et d’enthousiasme et de revenants qui savent, le regard rêveur (dont il est bien difficile de lire si c’est de la nostalgie ou l’étonnement de s’en être sortis – ce fut du moins un peu notre vision du moment), l’étape ne manque pas de charme.
L’ouverture de notre coffre ne passa pas inaperçue, (avec un bon quart de son contenu dégringolé) et fut saluée par un précepte profond édicté par un sage regardant la scène, de retour de 6000 km de pistes (ouf, ils parlent quand même en km !!!!) : « Plus les jours passent et plus le coffre est grand ». Et c’est vrai !


Le jour le plus long !

Le lendemain, après une nuit fraîche, calme et réparatrice, le lever est difficile. L’été austral, qui n’est autre que l’hiver chez eux, ressemble dans la journée à l’été septentrional et à l’hiver la nuit… . de quoi mettre les cervelles à l’épreuve et perturber le biorythme.
Les courses de la veille furent effectuées dans un super marché très bien achalandé à l‘intérieur d’une galerie marchande. On trouve de tout, y compris bien sûr des distributeurs de billets. La matinée est consacrée aux derniers détails à acheter dans une ambiance locale plutôt amicale. Ceci dit, les banques sont gardées par des hommes en armes et toutes les fenêtres sont sécurisées avec des barreaux de taille respectable … il n’y a pas de fumée sans feu .
Objectif : partir avant 11h00 pour se rendre à Sesriem. Au moins 5 heures de route et il faut arriver avant la nuit (17h30 !) et la fermeture du camping.
L’aventure ne fut pas où nous l’avions prévue. Cherchant la C26, notre première piste, nous nous arrêtons sur le début d’une autre piste à quelques kilomètres de Windhoek et j’ai l’imprudence d’arrêter une voiture pour demander ma route. Le conducteur n’a pas l’air de connaître ou bien plus simplement il ne comprend pas mon anglais en cours de rodage en début de parcours. Pendant ce temps, un des 2 passagers sort de la voiture et attaque Sylvie avec un couteau de taille respectable, tentant de lui arracher son sac photo par la fenêtre de la voiture (et pourtant nous avions fait très attention à Windhoek !). Après une lutte acharnée, l’homme coupe les sangles du sac et court jusqu’à la voiture qui l’attend la porte ouverte pour filer. Pendant 10 secondes nous prenons conscience que presque tous les passeports, la carte bleue, la moitié de l’argent tiré la veille et l’appareil photo sont partis. C’est la fin du voyage. De rage, nous passons la première et poursuivons nos agresseurs. Bien nous en a pris. Les rattrapant, le sac fut lancé sur le bas côté et nous avons pu le récupérer avec l’aide de locaux qui avaient vu la scène de loin et qui ont également suivi nos « salopards ». Nous avons eu ainsi la « chance » de retrouver passeports, carte bleue et le zoom (exit, l’appareil photo tout neuf, divers accessoires et l’argent, faut pas rêver quand même).
Bilan :
- les enfants sous le choc de l’attaque,
- nous : naviguant alternativement entre colère, déception, doutes, ressassant ce que nous aurions pu ou du faire et le sentiment que malgré tout, vu que nous ne sommes pas des Rambos rompus aux techniques de combat, cela aurait pu plus mal tourner.
- de l’argent perdu plus beaucoup de matériel photo . Heureusement nous avons un deuxième appareil finalement pas si mal (le mien).
- du temps perdu pour faire notre déclaration à une policière mollassonne aigrie. Nous avons oublié de demander un double pour l’assurance. La police ne répondra jamais à nos multiples appels durant le voyage et 5 mois après nous venons tout juste de réussir à récupérer le procès verbal (et encore grâce à une aide très précieuse qui nous a été apportée ). A savoir !

C’est ce qui peut arriver, assez logiquement, dans une ville, quand ceux qui ont tout rencontrent ceux qui n’ont rien. Ce qui ne les excuse en rien ces hyènes de * $# & et encore, je reste poli !

Le deuxième départ de Windhoek s’effectue vers 13h00. Notre objectif : oublier le mauvais départ au plus vite (ou au moins faire semblant) et arriver avant la nuit. Dur dur.
En piste !


 

La voiture est facile à conduire sur les gravels roads (pistes), même très caillouteuses, à 80 ou 90 km/h. Le paysage est désertique, vallonné, envoûtant. Des springboks gambadent partout (non, pas des rugbymen). Nous rencontrons nos premiers babouins. Pas le temps cependant de nous arrêter pour des questions de timing.
 
 






Nous passons Naos puis Nanchas. L’heure tourne. Nous décidons de ne pas prendre la passe Spreetshoogte et sa pente légendaire pour gagner du temps.
 

Avec un GPS mais sans carte (au moins cela sert de boussole), nous nous égarons au milieu de nulle part vers KleinAub. La nuit tombe d’un coup. Pas de camping, loin de notre objectif, sur des pistes où déjà de jour une voiture passe toutes les heures, sans avoir mangé le midi, après un début catastrophique qui reste vivace dans les esprits et en mémoire qu’il ne faut pas conduire la nuit, nous roulons avec un je ne sais quoi de tension dans la voiture. Les paroles rassurantes du conducteur qui expliquent que c’est ça l’aventure, qu’il faut savoir goûter avec délectation ces moments rares où nous sommes vraiment seuls au monde, maîtres de notre destin, en dehors de tous nos repères et qui nous feront bien rire ensuite; et bien ces paroles ne semblent pas trouver d’écho favorable dans l’habitacle. Tout le monde est rivé sur les deux cônes de lumière des phares qui éclairent au dernier moment trous, bosses et animaux. « Gary’s Rest Camp » indique un panneau. Go ! Après 20 km à nous demander si nous n’avions pas raté une indication, le camping est indiqué sur une petite piste défoncée à 16 km. C’est long 16 km de nuit à 20 à l’heure quand on ne sait pas ce que l’on va trouver au bout. Pour corser l’affaire, il faut descendre de temps en temps pour ouvrir des barrières à animaux sans trop savoir si nous ne serons pas goûtés, voire appréciés par un prédateur chanceux de passage. La persévérance fut récompensée après plus d’une heure en arrivant enfin au camp de Gary, totalement vide. Un homme en train de dépecer un animal se retourne vers nous un long couteau à la main …
Gary, un homme jovial au visage marqué par les années, nous accueille à bras ouverts, tout surpris qu’un client ait pu trouver son camping du bout du monde. On le comprend aisément.
Merci Gary de nous avoir réchauffé le cœur en cette sombre journée que tu as éclairé de ton large sourire et de ton sens de l’hospitalité. J’espère que ces quelques lignes t’amèneront d’autres voyageurs pour remplir ton camping et profiter de ta gentillesse.

Je passerais le montage pour la première fois de nos tentes (plutôt simple), le repas préparé spécialement pour nous par la famille de Gary, notre première flambée pour nous réchauffer, pour conclure cette journée de tous les dangers par un spectacle unique, saisissant et de toute beauté : la voie lactée vue du sud, dans un ciel noir d’encre, limpide, (par un froid de canard), d’une netteté exceptionnelle personnellement jamais observée. Nous voulions être dépaysés. Difficile de faire mieux.

Les dunes qui chantent



La nuit fut glaciale. Couvertures, sous couvertures, polaires, rien ne fut de trop pour avoir un peu chaud. En revanche, le soleil chauffe l’atmosphère avec une rapidité déconcertante au petit matin. C’est l’avantage de l’air sec. Nous replions la tente en une bonne demi-heure, nous laissons à Gary pour sa femme instit une partie de nos fournitures scolaires et reprenons le cours du road book.
 

Piste vers Solitaire puis Sesriem par la passe de Spreetshoogte comme prévu mais avec un jour de retard.
Oui, c’est pentu, sans battre des records. En position 4x4, même pas peur.


 
Le paysage est splendide sans pour autant atteindre des sommets. La piste est très agréable, roulante à souhait, avec des bêtes à cornes à foison qui nous regardent passer. Les voitures inscrivent leur passage dans le paysage par un large panache de poussière. Ceci n’est pas gênant dans la mesure où il n’y a pas pléthore de véhicules.

 

 
L’arrivée à Solitaire, la croisée des chemins, fut l’occasion d’un plein d’essence et d’un magnum (non, pas un pistolet ni la rencontre avec un célèbre détective, mais une glace pour les gourmands – insolite n’est-il pas ?). Solitaire porte bien son nom. Cela représente au moins une bonne dizaine de maisons quand même. Le paysage désertique est magnifique, l’équipage retrouve des couleurs.
Le camping de Sesriem offre de larges emplacements (réservation obligatoire). Leur accès est sélectif avec certains passages qui traversent des zones de sable mou.
Vers 16h00, nous entrons dans le parc de Sossusvlei. La route goudronnée, au milieu de montagnes de sable, est paradoxalement limitée à 60 km/h, ce qui est, avouons le tout net, difficile à tenir.
La fermeture du parc étant programmée à 18h00, à la nuit, nous nous arrêtons avant le bout de la route à la dune 45. Idée lumineuse. A la tombée du jour la lumière est chaude et douce. La montée vers le sommet fait l’effet de peser 2 fois plus que notre poids dans le sable. Les scarabées des sables pullulent sous nos pas.


 
Une fois en haut une surprise nous attendait. Il suffit d’être à plusieurs et de descendre en déplaçant le plus de sable possible pour que la dune gronde comme un cor grave tibétain. Les millions de grains semblent rouler ensemble en émettant sous les minuscules chocs un son qui entre en résonnance et s’amplifie. L’effet n’est pas seulement auditif, la surface entière de la dune vibre à la façon d’une peau de tambour. Incroyable, magique ! Ce sera d’ailleurs la seule que nous parviendrons à faire chanter, et essentiellement sur la partie supérieure. Est-ce à cause de la chaleur du sable, de la taille de l’édifice ou des grains, de la forme de nos postérieurs, toujours est-il que toutes les autres resteront muettes !
 

Pour conclure la journée dans l’allégresse, rien ne vaut le buffet du Lodge voisin du camping. Signe particulier que nous n’avons pas retrouvé ailleurs, on y mange à volonté toutes sortes de viandes plutôt exotiques, au moins pour nous : koudou, autruche (notre préférée), springbok, zèbre, impala, crocodile, … Un vrai régal ! Vraiment une table qui vaut le détour. A ne pas rater.
Le froid n’est pas toujours de rigueur en hiver, à la nuit tombée, de retour au camping (avec des douches chaudes) un vent chaud, violent et sec du désert fit se tordre les tentes toutes la nuit. Cette chaleur nous accompagnera pendant près d’une dizaine de jours. Chance ou phénomène climatique courant ?
 


à suivre  Les dunes de Sesriem

Journalisée
vinnylove
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 8 965


Localisation :
La Dombes, près de Lyon

COW AWARD :
COW GRAPHISTE

COW AWARD :
AMAZING NAMIBIA


« Répondre #1 le: 04 Février 2009 à 22:10:31 »

Super !
Ce carnet est une vraie perle que j'aurais plaisir à relire.
Bon faut dire que le gars qui écrit est pas manchot du stylo, quant à la photographe... Plein les mirettes je vous dis  Grimaçant  Grimaçant
Journalisée

Je préfère le vin d'ici à l'eau de là - Francis Blanche
ViBra
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4 403


Localisation :
France 78

CARNETISTE OUTSIDE
AFRICA DE L'ANNEE


COW AWARD :
HORIZONS LOINTAINS


WWW
« Répondre #2 le: 04 Février 2009 à 22:42:51 »

Eh bien, quel début  Grimaçant
Vinny, tu as de la concurrence dans le genre This is Africa  Rire

Effectivement, le style est brillant, plein d'humour et les illustrations très prometteuses  Yes
Je m'abonne
Journalisée
bobcat
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 203



WWW
« Répondre #3 le: 04 Février 2009 à 22:47:25 »

Merci les gars! Sourire
Journalisée
Ombrette
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 6 831


Localisation :
Loin, trop loin de l'Afrique

COW AWARD :
LEOGIRL


WWW
« Répondre #4 le: 04 Février 2009 à 23:13:18 »

Waouhhhh, quel plaisir de retrouver la Namibie et de vous lire !  Yes Yes

Un début de voyage dense, plein d'émotion et bien illustré.

Voilà un carnet à suivre de près...

Ombrette

Journalisée

"Si les grands animaux disparaissent, l'homme mourra certainement d'une grande solitude de l'esprit"
Chef Seattle des Nez Percé, 1884

http://www.agnesescriva.com
fdupraz
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 006


Localisation :
Bras, Var

COW AWARD :
EXPERT EN CETACES


WWW
« Répondre #5 le: 05 Février 2009 à 06:12:28 »

Je prends un abonnement aussi c'est sûr!
La Namibie, une aventure en famille, tout ce qu'il faut pour me garder scotcher devant mon ordi.
Encore une occasion d'apprendre quelques petits trucs pour un (j'espère) futur voyage.

Franck
Journalisée

daktari
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 3 441


Localisation :
baie de somme

7D - 350D / 100-400 canon / 100 macro canon

COW AWARD :
NEW PICTURE


WWW
« Répondre #6 le: 05 Février 2009 à 07:56:15 »

Et c'est parti pour un nouveau voyage !
En route !!!!!

 Clin d'oeil  daktari
Journalisée
mondoro
Léopard
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 733


Localisation :
creteil

COW AWARD :
CHEETAH CROSSING


« Répondre #7 le: 05 Février 2009 à 10:17:16 »

Ca démarre sur les chapeaux de roue ! Et on en est qu'au début !
Beau et passionnant !
Journalisée
Floflo
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 10 562


Localisation :
Croissy-sur-Seine

Canon 7D - 70-200 2.8 IS - 500 4.0 IS

COW AWARD :
NAANKUSE


WWW
« Répondre #8 le: 05 Février 2009 à 12:14:29 »

YES! Un carnet sur mon pays préféré  J'aime quel style!!! J'aime beaucoup le ton de ce carnet qui promet d'être fabuleux - comme dit Vinny tu n'es pas un "manchot du stylo" c'est extrêmement bien écrit et avec humour  Yes

Désolée pour votre aventure avec les bandits de grand chemin... Ca gâche singulièrement un début de vacances!!!
En tous cas, je suis prête pour la suite des aventures  Sourire
Journalisée

Floflo

On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités - Mahatma Gandhi
bobcat
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 203



WWW
« Répondre #9 le: 05 Février 2009 à 13:05:06 »

En ce qui concerne les bandits, c'est sûr, c'est moche, mauvaise approche de l'Afrique pour les enfants!

Pour le reste, comme visiblement il y a quelques lecteurs, donc la suite ce soir.... Clin d'oeil
Journalisée
Denis-S
Léopard
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 855


Semper Felis

COW AWARD :
LION PASSION


WWW
« Répondre #10 le: 05 Février 2009 à 15:44:35 »

Hello Bobcat,

Ben moi je ne connaissais pas ce carnet, et je dois saluer la qualité de rédaction: Yes
L'attaque de la diligence, c'est le genre d'épisode que j'espère ne pas subir un jour, touchons du bois...

Les premières photos illustrent une fois de plus un pays vraiment magnifique. Je retiens plus la dernière des dunes de Sesriem: Simplement magique!!

Je suis prêt pour la suite.
Amicalement.
Denis
Journalisée
SHABA
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 4 775


SHABA

REPORTER DE L'ANNEE

COW AWARD :
INVITATION TANZANIENNE


« Répondre #11 le: 05 Février 2009 à 16:06:34 »

Hello, je ne connais pas non plus ce carnet, mais je connais la Namibie  je prends donc un abonnement.

Belle écriture, belles images de paysage, un début de voyage très difficile dont le mauvais souvenir devrait rapidement s'estomper !

Prête pour la suite.

 Clin d'oeil
Journalisée
Simba
Administrateur
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 9 553


Localisation :
8871 km from South Africa

COW AWARD :
GOLDEN LIGHT ADDICT


« Répondre #12 le: 05 Février 2009 à 18:32:08 »

J'ai déjà eu le bonheur de lire ce carnet de voyage  Sourire et je me replonge avec délectation dans ces lignes.
Un bien joli tandem tant pour la prose, que pour l'image... Sans oublier les 3 piouts.

Un début... Pas très réjouissant... Pour la frayeur mais aussi pour l'appareil photo dérobé... Heureusement que les pièces d'identité sont sauves.

Je souris, par contre à la lecture du système D, pour le regonflage des pneus... Car c'est vrai qu'en Namibie, rares sont les COWpains qui n'ont pas eu de déboires avec les pneus crevés...

L'avant dernière image est magnifique  Yes

La suite avec impatience...

Simba
Journalisée

Point besoin de porter la crinière, pour croquer la latérite afin qu'elle coule dans mes veines.



Si vous appréciez un commentaire constructif sur vos photographies.... Les autres aussi… Merci.
tcom
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 1 553


Localisation :
Suisse Romande

Pentax K5, 645D, Nikon D800, D4

COW AWARD :
BEAUTIFUL BEC
EN SABOT


WWW
« Répondre #13 le: 05 Février 2009 à 19:03:12 »

Quel plaisir de lire ce carnet superbement écrit avec ses magnifiques illustrations.

Désolé pour ce début pas réjouissant.

C'est vrai Solitaire porte très bien son nom, bien que d'autres "villages" en Namibie le porteraient tout aussi bien.
Journalisée

bobcat
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 203



WWW
« Répondre #14 le: 05 Février 2009 à 20:00:12 »

Merci beaucoup à tous, voici donc la suite des aventures....




Pour voir le lever de soleil sur les dunes de Sossusvleï, très prisé, le réveil dut sonner vers 5h30 du matin. A la façon des pionniers de l’ouest américain, les 4X4 et autres campings cars les plus impatients sont sur la ligne de départ attendant l’ouverture du parc. Le temps de comprendre que c’est déjà le petit matin et de replier les tentes, nous sommes quasiment les derniers à partir. La route n’en est que plus belle. Le large défilé de dunes s’éclaire sous la lumière tamisée des premiers rayons voilés du soleil,. Mais ledit soleil est déjà assez haut lorsque nous arrivons au parking des 5 derniers kilomètres fatidiques, réservés aux 4x4 uniquement. Nous choisissons de ne pas prendre les navettes et d’affronter le sable mou. Pour ce faire, l’opération dégonflage de pneu (1,6 bar) s’avère longue (10 bonnes minutes). Il y en a de l’air dans un pneu de 4x4 !
Pour notre baptême sur le sable mou, nous sommes restés zens et confiants. Ce n’est pas en lévitant que nous sommes passés, mais en suivant les quelques conseils qui nous ont été prodigués : ne jamais s’arrêter (donc de ne pas coller de voiture devant), éviter les ornières trop importantes et rouler tranquillement au couple en 2ème, position 4x4 long. Plutôt rigolo finalement et pas si difficile tant que rien ne vient perturber cette logique implacable. Vu le nombre de véhicules ensablés, il doit y avoir des pièges auxquels nous avons échappés quand même …
 

Les dunes au bout de la route valent bien le détour. Elles offrent une vue imprenable sur ce désert minéral aux couleurs chaudes (bien qu’un voile de haute altitude ait considérablement atténué la lumière et donc les couleurs ocre vif des dunes- c’était donc pas la peine de se lever si tôt !). Aux forme arrondies et avenantes, elles dessinent des courbes agréables que l’on ne se lasse pas de regarder.
 
 




On a aimé :
- le vent violent en rafales qui, outre le fait de cingler les jambes, a transformé la dune, fort visitée aux premières lueurs du jour, en dune vierge après le rush des lève- tôt, effaçant toute trace de pas humain et construisant son labyrinthe de motifs. On est peu de chose.
- Le saut de dune sur les pentes abruptes
- Le gigantisme de cet endroit enchanteur, reléguant la dune du Pyla au niveau de bac à sable.
On a moins aimé : l’endroit est victime de son succès.

Deuxième étape indispensable du lieu à ne pas manquer : Dead Vlei, large vallée à fond plat hérissée de squelettes d’acacias sombres plus ou moins fossilisés sur fond de ciel bleu et entourée de dunes ocre. Etrange, lunaire. Rassurez-vous, si vous la manquez, on la trouve sur de nombreuses cartes postales et guides.

 


 



Si dégonfler les pneus est long, le regonflage finit lui aussi par sérieusement gonfler le préposé à l’opération (au moins une demi-heure). La pompe électrique s’avère donc précieuse tant qu’elle fonctionne (voir l’arrivée chez notre loueur).


Naukluft et l’Olive Trail
 

Pistes et paysages défilent maintenant dans la sérénité. On s’habitue très vite au confort de choisir sa trajectoire sur la piste vu le peu de véhicules que l’on croise. La conduite à gauche n’est vraiment plus un problème.
Le camp de Naukluft est vert sur fond de monts caillouteux, plutôt accueillant et plein de Sudafs, au moins le jour où nous y étions, qui viennent chercher l’exotisme.
 

Gare aux babouins du coin, qui répondent à la devise « ce qui est à toi est à moi ». Seul point noir, la douche (tiède) de nuit dans des sanitaires sans lumières. Pour qui est habitué aux exercices périlleux des douches de camping plus ou moins salubres où les vêtements doivent rester secs et les pieds propres pour se rhabiller, l’endroit est propice aux exploits.
Le montage des tentes est maintenant une formalité. Très pratique de pouvoir laisser les sacs de couchages et couvertures à l’intérieur même repliés. C’est beaucoup de temps de gagné.
Si d’aventure, comme nous, en vous levant il pleut dans la tente, ne cherchez pas un micro climat ou une pluie de nuit. Il suffit d’ouvrir les ouïes pour faire circuler l’air. Indispensable vu la matière très étanche des parois des tentes.
...... ...............  .................


Olive Trail, le lendemain, tient toutes ses promesses (il faut néanmoins trouver le départ, nous avons eu du mal !). Après une montée sur des pentes arides, le chemin descend dans un canyon sans eau au milieu de blocs de pierres. On notera un passage technique incontournable au-dessus de bassins d’eau croupie, aidé par des chaînes tendues et finalement assez résistantes, un bel échantillon d’arbres carquois, et des roches aux rayures vertes et tordues par des siècles de tensions tectoniques.

 

5 heures ont suffi pour terminer la boucle. Biltong (viande séchée) pour tout le monde à l’arrivée pour revigorer les troupes.

 

Go to Walvis bay ! La piste est belle, aride, avec des zones montagneuses et des successions de virages.
 

Un régal, mais le tout se termine encore de nuit. Les 100 derniers kilomètres sont parcourus à une allure moyenne de 100 à 110 km/h sur une trace rectiligne, large et un poil piégeuse avec des trous. Sur les pistes il y a une dimension supplémentaire dans la conduite. Il faut analyser l’état de la piste en permanence pour choisir la meilleure trajectoire. Amusant et fatiguant à la longue.
                                                                                                                                                                                                                                              
L’arrivée fut une délivrance, dans une chambre d’hôtel super luxe avec douche à volonté : le Lagoon Lodge, tenu par des Lyonnais accueillants. Ce fut ce soir-là que nous avons fait en grande partie le deuil de notre attaque du 1er jour. L’esprit est ainsi fait que dès qu’il y avait un moment de calme, notre pensée (dont celles des enfants) s’attachait à ce qui s’était passé avec tous les regrets de ce que nous aurions dû faire. Ce soir-là donc, nous fîmes avec les enfants une reconstitution du crime avec un stylo comme couteau, pour finalement constater que nous ne nous en étions pas si mal tirés et qu’il n’est pas simple d’agir. Ce fut réparateur pour tous et apaisant pour le reste du voyage !


Walvis Bay : un havre de paix balnéaire

C’est d’abord une ville calme (le repère des Sudafs l’été), aux allures plutôt européennes, apaisante, très bien desservie et dans laquelle on trouve de tout et en abondance. L’idéale pour se ressourcer avant le grand frisson des déserts.
Notre hôte français nous donne quelques repères sur les pourboires qui nous sont demandés régulièrement.
Pour « garder » la voiture dès que l’on stationne (contre ceux qui la gardent ?) = 5 à 10 N$
Pour les personnes qui nous « aident » à porter les sacs après les courses jusqu’à la voiture = 5 à 10 N$. On hésite au début, mais c’est bien pratique.
Le salaire moyen d’un Namibien : 1000 N$. Quand on sait qu’un plein de 4x4 doit être de l’ordre de 800 N$, ça calme.
A Walvis, nous n’avons pas trop ressenti de tension dans la ville, mais là aussi, les fenêtres sont barricadées et les voitures rentrées dans le lodge la nuit.

A voir dans le coin :
- les marais salants bien sûr, avec en toile de fond l’océan.
 
 

Les flamants comme à leur habitude posent, nus sous leurs plumes, les pattes dans l’eau à taquiner les vers.
 

Un stage de conduite improvisé des enfants débuta sur un parking vide près de l’océan (accès uniquement au volant). Commencer sur un gros 4x4, c’est du luxe, surtout qu’en cas de trajectoire ratée la sanction du sable très mou nous guettait. Le niveau 1 fut atteint par tous : trace directe et virages sous contrôle. La largeur des pistes et l’absence quasi-totale d’autres véhicules nous permettra ensuite souvent cette expérience pour la plus grande joie de nos pitchouns.
 
 



La lumière fut belle jusqu’au soir, au moment du coucher du soleil lorsque le brouillard recouvrit de son coton en quelques secondes toute la baie, la plongeant dans une ambiance de fog anglais à couper au couteau. Impressionnant ce passage du jour à la nuit et de l’été à l’hiver, de la chaleur au froid en quelques minutes.

 



- la dune 7: ambiance surf et beach boys sur une belle dune à descendre avec des planches si on est équipé. Nos sacs poubelle emmenés pour l’occasion furent un échec cuisant. Ils s’enfoncent trop. En haut, la vue est idéale sur les cordons de dunes avoisinantes et un 360 ° de désert.

 




Le Spitzkoppe : un grain de beauté sur une plaine désertique

Le lendemain nous rendons notre chambre douillette, la dernière du voyage, ragaillardis, approvisionnés en eau, essence et nourriture pour 3 jours et prêts à affronter le Kaokoland et sa poussière légendaire.
Nous dépassons Swakopmund, ville aux charmes plutôt germaniques (comme son nom l’indique) sur une route goudronnée (c’est confortable quand même), puis filons vers Cap Cross et son fameux meeting international d’otaries à fourrure (la plus grande colonie du monde).
 

Pas de doute, en arrivant on sait immédiatement que l’on ne s’est pas trompé. Le doux parfum qui amuse les narines dès que l’on met le museau dehors nous fait dire que nous n’avons pas les mêmes valeurs chez tous les mammifères de la planète.
 


Bon sang que c’est entêtant, pourtant elles passent leur temps dans l’eau !
Difficile d’être plus près en tout cas pour les photos.
 
 



Les otaries ont bon goût quand même car l’endroit est de toute beauté avec des vagues gigantesques qui s’écrasent sur des roches noires ciselées et des plages de sable. Joueuses, les bestioles, elles semblent prendre plaisir à surfer sur les rouleaux. L’endroit fait des heureux également chez les chacals en nombre impressionnant, qui trouvent visiblement là une nourriture facile.


Nous quitterons le site, que nous baptiserons « El Puantos » au hasard des mots qui nous viendront à l’esprit à ce moment là, pour aller déjeuner quelques kilomètres plus loin en admirant la fureur de l’océan.
 
 



Bye l’océan, nous nous enfonçons vers le centre de l’Afrique, avec optimisme, sur une piste enchanteresse et quasiment vide de véhicules, créant sur notre sillage une poussière qui marque la présence d’une activité au milieu de rien. Jubilatoire, non ?
Le Spitzkoppe se dessine progressivement à l’horizon.
 
 
 


Journalisée
Pages: [1] 2 3 ... 8   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.4 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
TinyPortal v0.9.7 © Bloc
Reproduction des textes et photos contenus dans ce site strictement interdite.
© 2006-2020 Colors Of WildLife.

XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.132 secondes avec 23 requêtes.

Google a visité cette page 07 Août 2020 à 06:40:10