Colors Of WildLife  
Colors Of WildLife
Le forum des grands espaces sauvages africains

 
02 Février 2023 à 18:26:24 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Découvrez la galerie critique photo
 
  Accueil FORUM Aide Galeries photos Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1] 2 3 ... 7   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Du Kilimandjaro à Zanzibar (en passant par la Belgique ...)  (Lu 29947 fois)
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« le: 06 Septembre 2008 à 20:36:56 »

Bonjour à tous !  Sourire
Quelques mois après mon retour d’un petit séjour en Tanzanie en juin et suite à quelques relances, je me décide enfin à écrire le carnet de voyage.
Twenday pole pole (= Let’s go slowly)


Avant même d’arriver en Afrique, atteindre l’aéroport de départ de mon vol international fut a lui tout seul une véritable petite aventure.
Ce dernier partant  de Bruxelles et sachant que j’habite Montpellier (Sud de la France) j’avais réservé un vol Ryanair Nîmes --> Charleroi.
Une amie m’avait expliqué comment me rendre ensuite à l’aéroport de Bruxelles. Je devais prendre la navette de l’aéroport  vers la gare de Charleroi, puis prendre un train en direction de l’aéroport avec une correspondance à la gare Bruxelles midi.
Bref j’étais déjà un peu anxieux  (chaque changement de moyen de transport ou correspondance étant un risque de prendre du retard).
De plus ça faisait longtemps que je n’avais pas voyagé tout seul (du moins le tout début du voyage) et c’était la première fois que j’allais en Belgique.
A quoi bien pouvait ressembler les belges, ces êtres si différents de moi … Grimaçant.
Je dis ça mais j’ai moi-même 1/8 de sang belge lol.

Le jour du départ ma famille m’accompagne donc à Nimes en voiture pour mon vol vers Charleroi prévu vers 12h30.
Arrivé au comptoir d’enregistrement des bagages on m’annonce qu’en raison de mauvaises conditions météorologiques, le vol est retardé pour une durée indéterminée (ça commence bien !).
Heureusement j’avais prévu large (le vol pour la Tanzanie étant vers 22h).
Je n’ai donc d’autre choix que d’attendre dans l’aéroport comme tout le monde.
Une équipe de cinéma était en train de tourner des scènes (probablement pour un futur navet), mais ça donnait de l’animation.
On m’a même pris à un moment pour un figurant Roulement d'yeux. Pourtant mon sac n’était pas vide contrairement aux leurs.
Une  heure et demie plus tard on nous annonce enfin que l’on va pouvoir embarquer.
Quelques minutes après me voici dans l’avion pour mon baptême sur une compagnie Low Cost.
Pas de place réservée, on choisit sa place parmi celles encore libres.
Pendant le vol, boissons et nourriture sont payants (en fait tout est fait pour vendre), mais j’ai été stupéfait de constater qu’ils vendaient également des tickets de grattage Ryanair pour gagner un million d’euros !

En plein milieu du vol le commandant de bord nous annonce en anglais (je vous rappelle que je ne suis pas bilingue du tout) que l’avion n’atterrira pas à Charleroi en raison de la dégradation des conditions météo et de l’absence d’un dispositif d’assistance d’atterrissage par mauvais temps de l’aéroport.
Mes voisins n’ayant pas bronché, je me suis demandé si j’avais bien compris.
Puis l’annonce fut faite en français et là aussitôt tout le monde se mit à parler.
L’avion se dirigeait vers l’aéroport de Liège et une navette viendrait ensuite nous chercher pour nous accompagner à l’aéroport de Charleroi.
Autant vous dire tout de suite que je ne savais même pas où se trouvait Liège en Belgique.
Donc petit coup de stresse sur le moment.
L’avion atterrit on débarque et on récupère les valises et sacs.
J’explique mon cas à quelques personnes qui me conseillent de ne surtout pas repasser par Charleroi pour aller à Bruxelles depuis liège, que je m’allongerais le trajet considérablement.
Oui mais comment dois-je aller à Bruxelles alors ? En train ? En bus ? En taxi ? A combien de km la ville de Liège se situe-t-elle de Bruxelles ? etc.
A la sortie de la zone de récupération des bagages, beaucoup se jettent sur les quelques taxis qui sont là ou qui arrivent.
La navette se fait attendre et ne semble pas bien pressée. J’essaie alors de voir pour les taxis, mais ils sont tous complets.
Là j’avoue que je commençais à bien avoir la pression car je ne savais absolument pas combien de temps j’allais mettre pour atteindre Bruxelles et pour couronner le tout il se mettait à pleuvoir.
Finalement, dans un taxi il restait une place de libre.
Direction la gare de Liège. Me voilà mine de rien un peu plus rassuré.
Je ne savais pas trop comment j’allais m’y prendre pour la suite, mais je faisais déjà quelque chose au lieu d’attendre.
Durant le trajet  et malgré la pluie je regardais le style architectural des bâtisses constituées de briques.
Arrivé à la gare j’ai pris un billet pour l’aéroport de Bruxelles et le monsieur m’a annoncé avec un accent assez prononcé que je devais changer de train à ‘Leuven’. J’ai du faire les gros yeux et lui ai demandé de me répéter le nom de la gare … ‘Louvain’.
Ca promet !
Quelques minutes après me voilà dans le train.
Evidemment je n’avais aucune idée de la durée du trajet  jusqu’à Louvain.
J’hésitais à sortir mon pique-nique (il devait être 16h passé et je n’avais pas encore déjeuné).
Finalement au bout de trente minutes je me suis décidé à le sortir.
Et bien sur, ça n’a pas manqué, avant que j’ai eu le temps de terminer mon repas le train arriva en gare de ‘Leuven’.
En sortant du train et en regardant autour de moi, je compris rapidement qu’on venait de changer de secteur.
Si jusqu’à présent tout était écrit en français, ici ce n’était  plus le car et tout était en flamant ou presque.
J’aperçois un homme en uniforme et lui demande quel train je dois prendre pour aller à l’aéroport de Bruxelles.
Son regard se fixa brièvement sur moi  et il commença à me répondre en flamant.
Ok, bah ce n’est pas gagné … Marteau
J’ai reformulé ma phrase en anglais, mais à peine avais-je terminé ma phrase qu’il me montrait un train (en fait il avait du quand même me comprendre ou tout du moins comprendre certains mots clef comme ‘aéroport’ et ‘Bruselle’).
Je suis monté dans le train qui au passage était assez vieux et salle comparé au précédent et quelques minutes après me voici enfin arrivé à l’aéroport.
Il était 18h passé. Finalement j’arrivais tout de même largement en avance mais quelle aventure pour atteindre l’aéroport !
Un vrai parcours du combattant.
Même pas arrivé à destination que j’avais déjà matière à raconter.
Du coup ça m’aurait fait ‘visiter’ les gares belges Grimaçant.

En jaune : trajet en voiture
En rouge : trajet en avion
En orange : trajet en train
Manque plus que le bâteau Tire la langue.

Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #1 le: 06 Septembre 2008 à 20:51:01 »

Je récupère un chariot pour déposer mon sac de voyage et mon sac à dos et je commence à faire les cents pas dans le hall en attendant mon vol.
D’ailleurs pendant quelques heures, je me suis à nouveau un peu fait peur car tous les vols annoncés étaient à destination de villes européennes.
Du coup je me suis demandé si j’étais bien au bon endroit, s’il n’y aurait pas un zone ‘internationale’ et une zone ‘communauté européenne’ ?
Heureusement plus tard, l’affichage  d’un vol à destination de Louxor m’a quelque peu rassuré.

Mon heure arriva enfin et je me suis présenté pour enregistrer mes bagages.
Dans la file d’attente je m’affole en lisant des panneaux comme quoi le sac en cabine est limité à 7kg.
Comme habituellement il me semblait que c’était 10kg, j’avais chargé mon sac en conséquence.
Je savais qu’il faisait nettement moins de 10Kg, mais aussi qu’il dépassait bien les 7Kg.
Me voilà parti en train de mettre le plus de choses possible dans toutes mes poches pour alléger mon sac (principalement du matériel photo).
Finalement personne n’a jamais rien contrôlé, ni à l’aller, ni au retour. Je me suis donc embêté pour rien et je n’avais plus qu’à tout remettre en place.
Je passe la zone détaxée, j’achète quelques chocolats  belges et me voilà dans l’avion.
C’est super, il est à moitié vide et j’ai personne à coté de moi, je pourrais donc m’étendre facilement.
Décollage de Bruxelles puis première escale à Francfort.
J’ai eu l’impression d’attendre une éternité. Et avec le bruit de la ventilation assez bruyante ça commençait sérieusement à me taper sur les nerfs.
L’avion hélas fini par se remplir et j’ai eu la joie d’hériter d’un  vieux à l’haleine pas très fraiche à coté de moi et qui ronflait (heureusement pas trop bruyamment) pendant le vol.
Vraiment pas de chance.
L’avion fini redécoller et me voilà enfin parti pour Addis Abeba la capitale de l’Ethiopie où j’ai un changement de vol, mais surtout où je dois rencontrer une amie avec qui je ferais le reste du voyage.

Je ne sais pas vous, mais personnellement à force d’en manger, j’ai de plus en plus de mal à supporter les plateaux repas qu’ils distribuent.
Limite ça m’écœurerait.

Depuis le hublot j’assiste un beau lever de soleil qui n’est pas sans me rappeler celui j’ai pu voir du haut du Kili.


Puis l’avion entama sa descente vers Addis.
La capitale s’éveillait et de voir la brume matinale encore tapis au fond des petites vallées était très plaisant (j’ai pris quelques photos avec mon compact qui ressortent malheureusement pas très bien).

1. Les terres d'Ethiopie non loin d'Addis Abeba.


2. La capital qui s'éveille dans la brume.


3.


4.


5.Les nuages laissent peu à peu place au soleil.



L’atterrissage se fait en douceur et je débarque dans un aéroport quasi flambant neuf !
Il n’y a pas à dire tout était bien indiqué, propre etc.

J’avais plusieurs heures devant moi avant le prochain vol.
Je commence alors à visiter toutes les boutiques détaxées (le problème est qu’à part ça et dormir ou lire il n’y a pas grand-chose à faire).
Puis je me suis installé juste devant le portique de sécurité en attendant son ouverture pour mon prochain vol.
L’heure arriva et j’ai étais parmi un des premier à passer.
Une fois la zone franchie, je me suis rassis et me suis mis à guetter toutes les personnes qui arrivaient.
Je commençais un peu à m’inquiéter car je n’avais toujours pas croisé l’amie que je devais rencontrer et la salle commençait à se remplir.

Mais quelques minutes après elle était bien là. Je n’ai pas bien eu beaucoup de mal à la reconnaitre car elle portait un tee-shirt que chaque membre de COW aurait reconnu à 3 km Clin d'oeil.

On commença à discuter et on ne s’arrêtât pas avant d’avoir atterrit en Tanzanie après une courte escale à Nairobi.
En montant dans l’avion, je lui ai demandé de quel coté on pouvait voir le Kilimandjaro à l’arrivée de façon à ce qu’on se positionne au bon endroit.
Bah oui, tant qu’à atterrir à Kilimanjaro international airport, autant en profiter pour contempler ce magnifique colosse.

Et je dois dire que je n’ai pas été déçu.
J’étais même aux anges, car on l’a très bien vu entouré de sa mer de nuages.
6. Le Kilimandjaro !  J'aime


7. sur la droite, un peu en retrait on peu voir le Mont Meru.


8.


L’atterrissage fut sans encombre et la chaleur se fit tout de suite sentir à la sortie de l’appareil.
Karibu Tanzania !  J'aime
Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
fdupraz
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 006


Localisation :
Bras, Var

COW AWARD :
EXPERT EN CETACES


WWW
« Répondre #2 le: 06 Septembre 2008 à 21:16:09 »

Après de telles péripéties pour le début du voyage, c'est sûr qu'il ne peut plus rien arriver par la suite.
C'était sûrement une sorte de test pour ta motivation  Tire la langue

Si tout le reste du séjour est aussi riche en rebondissements, ça nous promet de belles choses.

Vite la suite!

Franck
Journalisée

Keekorok
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 190


Localisation :
Suisse


« Répondre #3 le: 07 Septembre 2008 à 09:16:55 »

Effectivement,ça devait pas être marrant tous ces trajets!... Choqué

Vivement la suite!
 Yes
Journalisée
vinnylove
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 8 964


Localisation :
La Dombes, près de Lyon

COW AWARD :
COW GRAPHISTE

COW AWARD :
AMAZING NAMIBIA


« Répondre #4 le: 07 Septembre 2008 à 09:32:29 »

Un voyage fatigant avant même d'avoir pris l'avion  Marteau
J'imagine que tu avais pris cette solution pour gagner 3 sous... j'en suis revenu depuis longtemps de ce genre de galère après un Bangkok-Paris en 48 h et 8 aéroports !!...
allez continue  Clin d'oeil
Journalisée

Je préfère le vin d'ici à l'eau de là - Francis Blanche
Laurent Renaud
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 4 014


Samburu

REPORTER DE L'ANNEE

COW AWARD :
TANZANIA BOOK


« Répondre #5 le: 07 Septembre 2008 à 09:35:12 »

Pas mal l'aventure belge !

Et donc, le kili est en vue.  Yes
Journalisée

Canon 30D et 100 - 400
Canon 30D et 24 - 70
zabinouk
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 7 318


Localisation :
Châtel-ST- Denis- Suisse

COW AWARD :
ZABIA ET SKENIA


« Répondre #6 le: 07 Septembre 2008 à 10:54:06 »

 Grimaçant Bon sang ça commence fort, avec toutes ces inquiètudes pour les transports Grimaçant

Tes photos prisent de l'avion sont tip-top, je ne vois pas ce que tu leur reproche, vue que tu n'es pas Y.A.B Clin d'oeil
Journalisée

"La vie de safari a quelque chose qui vous fait oublier tous les chagrins de la vie et vous donne 24h sur 24, l'impression de boire du champagne.
On est pénétré de la reconnaissance la plus profonde pour le fait de vivre"
 K. Blixen
Chinook
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 452


Localisation :
Périgord

COW AWARD :
BEL AFRICA


WWW
« Répondre #7 le: 07 Septembre 2008 à 12:39:14 »

Citation
J'imagine que tu avais pris cette solution pour gagner 3 sous...

C'était surtout à cause de l'amie belge  Grimaçant ( c'est moi) qui avait choisi des dates ou il n'y avait que des départs de Bruxelles  Embarrassé et qui a donc quelques peu forcé Jonathan a entamé son périple par le plat pays

J'étais en Ethiopie (voyage  que je vous raconterai un jour , promis ) et se rejoindre a Addis avait paru la solution la plus simple

Je sens que je vais me délecter de ce carnet de voyage  Sourire
Jonathan , j'ai été ravie de faire ta connaissance "réelle" après avoir papoté "virtuellement" pendant près d'un an

Ce petit bout de chemin ensemble était bien sympathique  Souriant

Les amis, préparez-vous à voir le Kilimanajro sous tous les angles  Clin d'oeil

Je laisse la plume à Jonathan

Journalisée

Chinook
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #8 le: 07 Septembre 2008 à 23:56:25 »

C'était sûrement une sorte de test pour ta motivation  Tire la langue
Je pense avoir passé le test avec brio dans ce cas Cool.

Si tout le reste du séjour est aussi riche en rebondissements, ça nous promet de belles choses.
Le séjour sera quand même beaucoup plus calme, même si j'aurais quand même quelques anecdotes à raconter Clin d'oeil.
Par contre il m'arrivera encore deux trois bricoles au retour (dont à Bruxelles), mais dans une moindre mesure tout de même.



Effectivement, ça devait pas être marrant tous ces trajets!... Choqué
Sur le coup, c'est sûr que ce n'est pas le plus amusant, mais après coup j'en garde un très bon souvenir et ça fait sourire mon entourage quand je le leur raconte.


J'imagine que tu avais pris cette solution pour gagner 3 sous... j'en suis revenu depuis longtemps de ce genre de galère après un Bangkok-Paris en 48 h et 8 aéroports !!...
Chinnok vient d'expliquer la raison. Cependant au final j'ai trouvé ce vol Ryanair super cher (un vol Paris --> Bastia par Air France ne m'a pas couté plus cher).
Donc le 'low-cost' pour ce trajet là au moment où je l'ai réservé, je ne sais pas trop où il était.
Entre le moment où je suis parti de Montpellier et mon arrivée en Tanzanie, il se sera écoulé un peu plus de 24 heures tout de même Marteau.


Pas mal l'aventure belge !
Une partie du voyage à part entière en effet Clin d'oeil.
Mais à partir du train, je n'ai pas trouvé la faune très interessante ... à vrai dire, en dehors de quelques pigeons, je n'ai pas vu grand chose Grimaçant.


Tes photos prisent de l'avion sont tip-top, je ne vois pas ce que tu leur reproche, vue que tu n'es pas Y.A.B Clin d'oeil
Arff, sur le coup j'ai du taper "Y.A.B." dans google pour trouver Yann Arthus-Bertrand Embarrassé.
Effectivement, après coup, ça coulait de source Clin d'oeil.
En fait pour les photos je faisais surtout référence à la n°2. J'avais trouvé la vue absolument magique, mais le rendu en photo n'est pas à la hauteur de ce que j'ai ressenti.
Sinon pour les autres ça passe effectivement assez bien  Sourire.


Jonathan , j'ai été ravie de faire ta connaissance "réelle" après avoir papoté "virtuellement" pendant près d'un an
Le plaisir était également pour moi Yes. Mais après t'avoir eu au téléphone, je m'étais du coup privé de la surprise de ce petit accent belge très charmant Tire la langue.
Mai au bout de quelques jours, je ne l'entendais presque plus (on s’habitue trop vite).


Les amis, préparez-vous à voir le Kilimanajro sous tous les angles  Clin d'oeil
Lol, que ceux qui n'aiment pas le Kili sortent d'ici, car vous allez en entendre parler longtemps et le voir, en long, en large et en travers Grimaçant.
Bon je vais être gentil, je ferai un peu le tri parmi les dizaines de photos que j'ai Clin d'oeil.
Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #9 le: 08 Septembre 2008 à 00:14:05 »

On s’acquitte des frais du visa tanzanien avant de sortir de la zone de douane et de l’autre coté nous somme attendu.
Un guide francophone, un chauffeur, un apprenti et la responsable de l’agence de safari, tout ça rien que pour nous deux !
On monte dans le véhicule et direction notre premier Lodge situé pas très loin d’Arusha et en face du mont Meru.
Je ne sais pas si c’est la fatigue (ça faisait plus de 24 heures que j’étais parti) mais j’ai trouvé la route plutôt longue.
Sur le chemin, un véhicule arrivant à toute allure nous fait signe de nous pousser et de nous mettre sur le bas coté. Il semblerait qu’un haut fonctionnaire de l’Etat (le président ?) allait passer par là.
Et effectivement, un cortège de véhicules noisr est ensuite passé.
A l’intérieur de notre 4x4, ça papotait … en anglais lol.
Pour l’instant je ne disais pas grand-chose, j’essayais plutôt de me concentrer pour écouter la conversation. Au final j’étais plutôt content de moi, j’arrivais à comprendre à peu près tout ce qui se disait.

Puis on sorti de la route principale pour emprunter un chemin de terre complètement défoncé par endroit. On se demande souvent comment on peut trouver un lodge aux normes bien plus occidentales qu’africaines au bout de tel chemin.
Le ciel était un peu nuageux et la lumière très dure, je ne voyais pas le mont Meru.
Le lodge constitué de petits bungalows éparpillés en pente dans la forêt était fort charmant.
Le personnel nous reçu en nous offrant un jus de fruit frais.
Une fois les formalités remplie, je n’avais plus qu’une envie, prendre une bonne douche.
Mais la responsable de l’agence de safari nous demanda si on avait faim et si on voulait aller manger quelque chose.
C’était vraiment très gentil de sa part.
 Chinook n’avait pas une faim de loup mais pour ma part, n’étant pas très fan des plateaux repas servis dans les avions je n’ai pas refusé la proposition.
Tant pis pour la douche, on verra au retour.
Le temps de poser nos sacs dans nos bungalows respectifs, de vite faire le tour pour voir à quoi sa ressemblait (très charmant) et nous voilà reparti vers Arusha.

En fin d’après-midi le ciel se dégageait et ça faisait plaisir de voir le soleil.
On arriva à un petit restaurant et on s’installa sur un des tables.
Après avoir pris connaissance du ‘menu’ les femmes prirent des salades tandis que moi et le guide francophone on choisit le traditionnel poulet/frittes le tout accompagné par un jus de mange pour ma part.
Les  dames furent servies tandis que j’attendais mon plat.
Un bon quart d’heure après on  nous apportant deux assiettes de frittes.
C’est bien beau tout ça mais il est où mon poulet dans l’histoire ?
Je n’avais pas spécialement envie de manger les frittes séparément du poulet ni de manger des frittes froides.
Je continuais donc à discuter en attendant l’arrivée du poulet.
Le guide pour sa part commença à attaquer son assiette.
Au bout de dix nouvelles minutes, ne voyant rien arriver il est allé leur dire.
Mais quelques temps après toujours rien. J’ai donc commencé à manger mes frittes.
Puis j’ai eu le temps de terminer mon assiette et mon jus et toujours pas de poulet ...
Finalement, il n’est jamais arrivé !
It’s african time ! Faut pas être pressé, mais vraiment pas par moment Tire la langue
On a donc payé et on est parti.

Petit tour pour d’affaire pour Chinook  dans un autre lodge à la rencontre de clients et où on rencontra le guide francophone qu’on allait avoir pour nos quelques jours en Tanzanie.
Il s’appelle Kassim.
Puis retour au lodge en fin de soirée où j’ai commencé à faire quelques photos.
Le ciel s’étant assez bien dégagé on pouvait alors apercevoir le sommet du mont Meru.
J’ai donné rendez-vous au guide le lendemain matin de façon à être présent à la gate à l’ouverture du parc d’Arusha, histoire d’avoir une jolie lumière matinale sur le Kilimandjaro et la mont Meru.
On alla ensuite diner.
Le repas devait être tout à fait convenable, car ne me souvient pas que quelque chose m’ait marqué.
De retour au bungalow, j’ai commencé à étaler mes affaires un peu partout puis après une douche (chaude) des plus appréciables, je me suis écroulé dans mon lit (un vrai lit) juste après avoir réglé le réveil pour le lendemain matin.
J’avais oublié qu’il pouvait faire bien frais en Afrique, heureusement la double couverture était là et j’étais bien au chaud dans mon petit lit douillet (ça faisait du bien).
Quelques aboiements et de la musique lointaine se faisaient entendre en début de nuit, mais j’étais trop fatigué pour que cela me dérange plus que ça.

9. Un des bungalows à la tombée de la nuit.


10. Le bar (en dessous il y avait la salle restauration)


11. Le sommet du mont Meru dépassant des nuages.

Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Floflo
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 10 690


Localisation :
Croissy-sur-Seine

Canon 7D - 70-200 2.8 IS - 500 4.0 IS

COW AWARD :
NAANKUSE


WWW
« Répondre #10 le: 08 Septembre 2008 à 10:58:36 »

eh ben! ça c'est du début de voyage... j'espère que le retour a été plus court  Grimaçant
Journalisée

Floflo

On peut juger de la grandeur d'une nation par la façon dont les animaux y sont traités - Mahatma Gandhi
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #11 le: 08 Septembre 2008 à 21:44:07 »

Au petit matin j’ouvre les yeux avant que le réveil ne sonne. De mon lit j’entends la pluie tomber …  Pleurs.
Quelle déception, le temps devait être tout couvert, aucune chance de voir le Kili.
Mais d’un autre coté je dors super bien quand il pleut.
Et puis dehors il fait frais.
Je me demande même si quitte à avoir du mauvais temps je ne ferais pas mieux de rester un peu plus longtemps au lit et attaquer la journée plus tard.
 Mais je pense alors au guide, Kassim, qui ce sera levé pour venir me chercher à l’heure. Ce ne serait vraiment pas correct de ma part de lui faire ça, puis à  Chinook avec qui j’avais convenu d’une heure (surtout que la miss est une lève tôt, mais ça je m’en apercevrai plus tard Grimaçant).
Je décide néanmoins de profiter des quelques minutes qui me reste avant que le réveil ne sonne pour écouter le bruit de la pluie bien calé au chaud dans mon lit.

Le moment venu je m’habille, et sur le chemin du bungalow à Chinook, je sors l’appareil pour prendre quelques photos de ces derniers à la lumière du jour.
I crachine encore et le plafond nuageux est vraiment bas.
Mais bon je ferai avec, la nature réserver toujours plein de surprises.

Après le petit déjeuné, je prépare mon sac  et rejoint Chinook en attendant le guide.
Petit problème de compréhension la veille, le guide nous attendait à un endroit et nous à un autre.
Finalement au bout de plusieurs dizaines de minutes on fini par se croiser.
Pour cette première journée de safari je serai seul avec le guide et je donne donc rendez-vous à Chinook le soir.

12. Voici les bungalows de jour (dommage qu'il fasse mauvais temps).


13. Celui ci est le mien Souriant.

Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #12 le: 08 Septembre 2008 à 23:00:28 »

Direction le parc d’Arusha.
Parcs peut médiatisé, souvent délaissé à tord et qui pourtant a de nombreux atouts.
On peut y voir le Kilimandjaro (par temps dégagé certes). Déjà pour moi c’est un condition suffisante Tire la langue.
Heureusement pour les autres, il y a bien d’autres à voir.
On y trouve le mont Meru, la végétation y est plus humide qu’ailleurs, il est donc très vert (ce qui tranche assez avec les couleurs dorées de la savane), on peut y effectuer des safaris à pieds, un petit cratère (un peu façon NGorongoro en tout petit) est présent ainsi que sept petits lacs.
Et même si à part de très rares léopards, il n’y a pas de félins, sa population d’animaux n’est vraiment pas en reste.

Sur le chemin je commence à faire connaissance avec le guide et nous échangeons nos différents points de vu sur tout un tas de choses.
Bref, le courant passe bien Yes.
Arrivée à la gate, le temps que Kassim aille régler les droits d’entrée, je sors lire un peu tous les panneaux d’information sur l’histoire du parc et la faune présente.
Il y aussi comme à Tarangire, une maquette du parc dominé en son centre par le mont Meru.

14. La maquette du parc d'Arusha

Quelques minutes après nous voici dans le parc.
Je prépare alors mon matériel photo.

Petite parenthèse technique au passage.
J’ai toujours mon Pentax K10D (mon premier reflex) que j’ai acquis l’année dernière et dont j’en suis vraiment très content. Pour mon usage le plus courant j’ai un Sigma 17-70 mm f2,8-4,5 macro dont le rapport qualité/polyvalence/prix me ferait bien hésiter à en changer pour le moment.
L’année dernière j’avais un Sigma 135-400 mm f4,5-5,6.
Pour un premier essai, j’en étais plutôt satisfait et j’ai vraiment fait de jolies photos avec.
Je l’ai revendu dès mon retour de vacances (presque aussi cher que je l’avais acheté). C’était donc une excellente affaire.
Quelques remarques cependant :
- 135 mm au plan le plus large c’était vraiment trop long et je passais mon temps à passer du 17-70 au 135-400 et inversement.
- à 400 mm l’image était quand même un peu ‘douce’ et manquait un peut de piqué.
Pour ce safari j’ai acquis un Sigma 100-300 f4 EX (EX : la gamme la plus élevé chez Sigma) après être tombé sur une offre intéressante et surtout après avoir lu les tests de cet objectif (lien d'un test).
Je gagnais 35 mm au ‘grand angle’, l’objectif était plus lumineux (surtout à 300mm), il était de taille fixe (quand on zoom, l’objectif ne grossi pas, donc ça limite l’entrée de poussière) et surtout le piqué paraissait vraiment plus qu’excellent dans cette gamme de prix (y compris à f4) !
Seul ombre au tableau (du dehors du fais qu’il était un peu plus encombrant et lourd) je perdais le 400 mm.
Mais j’ai quand même voulu tenter l’expérience et je dois dire que je ne le regrette vraiment pas.
Bon bien entendu le 400mm me manquait mais j’ai quelques clichés dont j’ai vraiment été surpris de la qualité.
Bien sûr je ne me permettrais pas de comparer un zoom au alentour de mille euros avec une focale fixe à grande ouverture ou de zoom professionnel  Clin d'oeil.


Retour au safari.
Quelques centaines de mètres à peine après l’entrée du parc qu’on croise déjà notre première girafe. J’adore ces animaux. Ce donc l’occasion de commencer à me familiariser en condition réelle avec mon nouveau caillou (pour les non connaisseurs, le ‘caillou’ est le nom donné aux objectifs) et de la regarder brouter paisiblement.

15.


16.


Un peu plus loin je croise mon premier zèbre et juste après un troupeau de girafes (j’en ai dénombré environ quatorze).
Malheureusement elles sont un peu trop loin et dans la végétation.
Je décide néanmoins de faire un plan large pour marquer le coup.

17.


18.


Puis en avançant on atteignit une zone assez grande et dégagée où des buffles, zèbres, cobes croissant, phacochères et autres cohabitaient ensembles.
On avançait très lentement en faisant des poses très régulièrement.
En tout on a bien du resté 2 heures à contempler tous ces animaux dans leur milieu naturel.
On eu droit à deux zèbres joueurs qui passaient leur temps en train de se chercher.
J’en ai fait un gif animé que vous pouvoir voir ici :
gif animé
(Attention, le fichier fait presque 10Mo)

19.


20.


21.


22.


23. On retrouve notre ami pumba.


24.


25.


26. Un groupe de mecs en train de matter l'arrière train d'une demoisselle ? Rire


27.


28. Pumba aime bien se promener ... Clin d'oeil
Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Jonathan
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 264


Localisation :
Montpellier - France


« Répondre #13 le: 08 Septembre 2008 à 23:15:05 »

29. Un tout petit en train de boutter avec les siens J'aime.


30. Madame la girafe prend la pause Souriant.


31.


32.


33.


34.


35.


36.


37.


38. Je les trouve charmantes comme ça Sourire.


39.


40. Et une photo de groupe !
Journalisée

Proverbe Namibien :
Avancer c'est mourrir, reculer c'est mourrir aussi.
Il faudrait donc avancer pour bien mourrir.
Chinook
Eléphant
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Femme
Messages: 452


Localisation :
Périgord

COW AWARD :
BEL AFRICA


WWW
« Répondre #14 le: 09 Septembre 2008 à 01:24:33 »

Et pendant que certains prennent du bon temps , moi je bosse . Ce jour là , je me rends à la Karibu Fair , la foire commerciale du tourisme à Arusha . Une excellente occasion de rencontrer les managers des Lodges , de voir de nouveaux Tented Camps , du nouveau matériel pour les  safaris ... et aussi de rencontrer des amis que je n'avais plus vu depuis pas mal de temps .

La journée fut très fructeuse et passa très vite . La pluie du matin fit bientôt place à un soleil  radieux et apparût au loin , de plus en plus dégagé  ...le Kilimanjaro  Sourire 
Journalisée

Chinook
Pages: [1] 2 3 ... 7   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.4 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
TinyPortal v0.9.7 © Bloc
Reproduction des textes et photos contenus dans ce site strictement interdite.
© 2006-2023 Colors Of WildLife.

XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.389 secondes avec 23 requêtes.

Google a visité cette page 10 Décembre 2022 à 08:23:45