Colors Of WildLife  
Colors Of WildLife
Le forum des grands espaces sauvages africains

 
23 Janvier 2020 à 17:20:48 *
Bienvenue, Invité. Veuillez vous connecter ou vous inscrire.

Connexion avec identifiant, mot de passe et durée de la session
Nouvelles: Découvrez la galerie critique photo
 
  Accueil FORUM Aide Galeries photos Identifiez-vous Inscrivez-vous  
Pages: [1]   Bas de page
  Imprimer  
Auteur Fil de discussion: Sahara occidental - L’indépendance sahraouie version marocaine  (Lu 1585 fois)
eRey
Buffle - Big Five
*
Hors ligne Hors ligne

Sexe: Homme
Messages: 2 132


Localisation :
Chablais - Suisse


« le: 09 Décembre 2006 à 21:00:18 »

Source RFI

Maroc-Sahara occidental
L’indépendance sahraouie version marocaine

Le Conseil des notables sahraouis, pro-marocain, ou Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas), vient de remettre au roi Mohammed VI ses propositions en vue du projet d’autonomie du Sahara occidental. Les indépendantistes sont contre. Le Corcas propose la mise sur pied d’un gouvernement, d’un Parlement et d’une autorité judiciaire autonome au Sahara occidental, un dossier qui empoisonne les Nations unies depuis trente ans.


Le Conseil royal consultatif pour les affaires sahariennes (Corcas), a été installé en mars 2006 par le roi lui-même. Ce faisant, Mohammed VI n’avait pas manqué de rappeler que «le Maroc ne cédera pas un pouce, ni un grain de sable de son [cher] Sahara». Le roi avait du reste invité le Corcas «à défendre, aux côtés des pouvoirs publics et des institutions élues, la marocanité du Sahara».  Il s'agissait en fait dans son esprit de «regrouper les différents acteurs des provinces du Sud dans la gestion de leurs affaires et le développement de la région du Sud». Mais cela à l’intérieur de limites très étroites fixées aux 141 membres du Corcas qui ont donc navigué au plus près de la ligne tracée par le Palais royal.

Autonomie contre indépendance

Les discussions se sont étalées sur six mois, indique le président du Conseil, Khelli Henna Ould Errachid. La «proposition-projet d’autonomie comporte également une révision de la Constitution, afin d’y inclure le concept d’autonomie» a-t-il précisé, invoquant ce qui se pratique en Europe, notamment en Espagne. «Nos propositions respectent la souveraineté du Maroc sur le Sahara» a-t-il encore ajouté, à l’intention de ceux qui auraient pu s’en inquiéter.

L’appellation définitive du statut juridique que pourrait obtenir le Sahara occidental ne sera connue que lorsque le roi annoncera la mouture finale du projet. «Mais, quelque soit la formule arrêtée se défend Khelli Henna Ould Errachid, l’autonomie est une forme d’application de l’autodétermination» inscrite dans les textes onusiens depuis des lustres et pour laquelle le Front Polisario a engagé une lutte armée dès 1973.

Trente ans après la proclamation de la République arabe sahraouie démocratique (RASD), le 27 février 1976 par le Front Polisario, les «oubliés» du Sahara, entre Maroc et Mauritanie, alimentent toujours l'un des derniers dossiers de la décolonisation restés ouverts aux Nations unies. En effet, le Sahara occidental, ancienne colonie espagnole, a été annexé par le Maroc en 1975. Constitué dès 1973, le Front Polisario, un mouvement indépendantiste armé basé à Tindouf en Algérie, a pris les armes contre l’occupant marocain. A partir de là, la guerre, l’exil et la répression ont sévi entre le Maroc et le Front Polisario, la RASD étant reconnue par l'Union africaine, le Maroc s'en est retiré en 1984. Il n'empêche que le tiers de la population sahraouie vit jusqu'à aujourd'hui dans des camps de réfugiés à Tindouf, en territoire algérien. La question sahraouie constitue ainsi un motif récurrent de discorde entre Rabat et Alger.

Mohammed VI : «une bande de terroristes et de malfrats»

La signature d’un cessez-le-feu en 1991, avait laissé espérer une sortie de crise satisfaisante pour les indépendantistes du Polisario. D’autant qu'un plan des Nations unies soutenait la tenue d’un référendum d’autodétermination. Il a régulièrement achoppé sur la question des listes électorales. Un casse-tête sans solution à ce jour dans une région où l’état-civil reste flou. Quant aux deux versions du plan Baker (l’ex-secrétaire d’Etat américain de George Bush père qui a tenté une médiation pour l'Onu) qui reprenaient l'idée d'un référendum d’autodétermination après cinq ans d’autonomie au Sahara occidental, elles ont été successivement rejetées par l’Algérie et le Polisario puis enfin, par le Maroc.   

Aujourd’hui, le royaume allaouite ressort la carte de l’autonomie pour contourner l'indépendance. Il espère prendre ainsi de vitesse le Front Polisario qui s’affaiblit au fur et à mesure que le temps passe. On ne compte plus les défections parmi les dirigeants du mouvement indépendantiste. Mais jusqu’à présent, l’Algérie maintient son soutien aux Sahraouis de Tindouf. Une situation qui a poussé récemment le roi Mohamed VI à mettre en garde ses voisins du Maghreb contre tout futur Etat sahraoui indépendant au Sahara occidental, «qui transformerait la région en un marécage glauque servant de repaire aux bandes de terroristes et de malfrats».

Pour Rabat, la proposition royale d’autonomie serait une garantie pour la région «parce qu’elle se situe dans un grand dessein démocratique» qui n'a en tout cas jamais encore séduit les Sahraouis indépendantistes. Reste à savoir aussi si la démocratie «à la marocaine» est du goût de ses voisins et si elle est de nature à résoudre le plus vieux conflit territorial en Afrique.


Par Claire  Arsenault
Journalisée
Pages: [1]   Haut de page
  Imprimer  
 
Aller à:  

Propulsé par MySQL Propulsé par PHP Powered by SMF 1.1.4 | SMF © 2006, Simple Machines LLC
TinyPortal v0.9.7 © Bloc
Reproduction des textes et photos contenus dans ce site strictement interdite.
© 2006-2020 Colors Of WildLife.

XHTML 1.0 Transitionnel valide ! CSS valide !
Page générée en 0.062 secondes avec 23 requêtes.

Google a visité cette page 21 Décembre 2019 à 03:34:58